Grève à la SNCM en Corse : les maux pour le dire.

juillet 5, 2014 - 3:04 No Comments

This is some text prior to the author information. You can change this text from the admin section of WP-Gravatar  To change this standard text, you have to enter some information about your self in the Dashboard -> Users -> Your Profile box. Read more from this author


Merci à mon amie Joëlle d’avoir relayé cette vidéo concernant l’évacuation musclée par les forces de l’ordre de socioprofessionnels cherchant pacifiquement dans le hall de la préfecture de Haute-Corse à obtenir un rendez-vous avec Gilles Simeoni, maire de Bastia, ces professionnels souffrant économiquement de la grève au sein de la SNCM. Je n’ai pas vu cette vidéo dans les médias nationaux.

C’est tout d’abord affligeant de voir des gens se faire agresser aussi violemment (trois personnes ont été blessées, on voit très bien la blessure sur le cuir chevelu d’une des personnes). C’est ce qui s’appelle agir en toute impunité, n’est-ce pas ?

D’autre part, quelqu’un aura-t-il un jour l’idée de lancer une sorte de « grève de la grève » afin d’obtenir une loi donnant une limite au droit de se servir des usagers pour faire entendre raison à des revendications ? C’est un peu comme en temps de guerre quand des belligérants se servent de boucliers humains.
Si le droit de grève est une bonne chose dans une démocratie, il a ses limites. Tout le monde connaît l’expression du philosophe anglais John Stuart Mill : « la liberté s’arrête là où commence celle des autres. » Certains groupes professionnels n’ont que faire de cet adage et tirent d’autant plus la couverture vers eux qu’ils ont une influence ou plus exactement un réel pouvoir sur les autres. Si bien que dans notre organisation dite démocratique ce sont toujours les mêmes groupes qui multiplient les grèves. Suivez mon regard…
Quant au recours à l’agression violente, utilisons à propos de cette vidéo une autre citation très connue et pourtant non prise en compte en la circonstance : « la violence engendre la violence. »
Isaac Asimov voit aussi cette violence comme « dernier refuge de l’incompétence » et Jacques Salomé comme « souvent une mise en acte de l’impuissance. » Il est bon de se le rappeler et de le faire entendre à ceux qui tiennent les ficelles de l’équilibre social, d’autant plus en Corse diraient certains :

Pour en savoir un peu plus sur le sujet cliquer sur la ligne ci-dessous :

>>>>04/07/2014 : des socioprofessionnels évacués violemment de la préfecture de Haute-Corse<<<<

Leave a Reply