Au royaume du Bonheur National Brut

octobre 19, 2011 - 9:35 No Comments

This is some text prior to the author information. You can change this text from the admin section of WP-Gravatar  To change this standard text, you have to enter some information about your self in the Dashboard -> Users -> Your Profile box. Read more from this author


Jigme Khesar Namgyel Wangchuck, roi dragon de la cinquième dynastie du petit royaume du Bhoutan, vient d’épouser le jeudi 13 octobre 2011 une belle roturière, Jetsun Pema, âgée de 21 ans. Le mariage a eu lieu à Thimphu, capitale de ce pays perdu dans l’Himalaya. Cet événement nous permet d’ouvrir un peu le voile d’une vision socio-économique particulière :

Bien que fermé au monde extérieur, puisque par exemple la télévision n’est autorisée que depuis 1999, c’est un pays qui s’ouvre de plus en plus à la démocratie. Mais il défend aussi des valeurs qui attirent l’attention d’économistes du monde entier. Au royaume du Bhoutan, on ne s’appuie pas sur le PNB (Produit National Brut) pour mesurer la santé économique du pays mais sur le BNB (Bonheur National Brut) en se targuant du fait que «si on favorise certains facteurs, comme le respect de l’environnement ou le bien-être au travail, l’Etat a moins à payer par la suite en terme de santé, de consommation d’anti-dépresseurs ou d’environnement », selon les dires de Karma Tshering, secrétaire général de la Commission du Bonheur National Brut. « Certains nous reprochent de ne pas mettre le profit au premier plan. Au contraire, un salarié heureux est bien plus productif. »
Ce concept a été imaginé par le père du souverain actuel en s’appuyant sur des préceptes bouddhistes ; 72 indicateurs, comme le temps passé en famille, l’équilibre psychologique, le sentiment d’appartenance à une communauté, servent à mesurer le BNB. Plusieurs universités prestigieuses, comme Oxford, ont ainsi fondé des Instituts du Bonheur National à partir de ce concept.
Ne pourrait-on pas en faire de même dans nos contrées ?

Leave a Reply