Sanglochons et cochongliers au Cap Nègre

septembre 5, 2011 - 1:53 No Comments

This is some text prior to the author information. You can change this text from the admin section of WP-Gravatar  To change this standard text, you have to enter some information about your self in the Dashboard -> Users -> Your Profile box. Read more from this author


Savez-vous que les sangliers labourent de plus en plus les pelouses du Cap Nègre, haut lieu de villégiature du couple Sarkozy-Bruni ? Ce sont en réalité des sanglochons (croisement entre un sanglier et une truie) ou des cochongliers (croisement entre un verrat et une laie), c’est à dire des hybrides introduits par les sociétés de chasse pour s’empiffrer de cochonnailles au goût sauvage. Le problème est qu’ils se multiplient très vite (je parle des sanglochons et cochongliers) et s’approchent des habitations. Normal me direz-vous, le gêne porcin est « copain comme cochon » avec l’espèce humaine. Résultat : on compte pas moins de 28000 sangliers de tous poils dans le Var mais pas assez de chasseurs pour les zigouiller. Un doigt sur la couture du pantalon et un autre sur la gâchette, ceux-ci vous diront toujours qu’ils n’ont qu’un seul objectif : protéger et réguler la nature. Cependant, en compensation des dégâts occasionnés, la Fédération Départementale des Chasseurs du Var a dû débourser 700.000 euros l’an dernier. Comme quoi la nature sait réguler les choses tout de même. Grongron !
Je dois reconnaître que les sanglochons et cochongliers sont très mignons surtout quand ils sont encore petits :

Qui veut en adopter un ? Il suffit d’aller en récupérer un dans le Var. Je crois que tout le monde sera content là-bas. Mais dans ce cas n’oubliez pas de mettre une sangle au cochonglier.

Leave a Reply