Pensées de Marcel (121 à 130)

janvier 27, 2011 - 7:00 No Comments

This is some text prior to the author information. You can change this text from the admin section of WP-Gravatar  To change this standard text, you have to enter some information about your self in the Dashboard -> Users -> Your Profile box. Read more from this author


Le 121 – on ne devrait pas dire de quelqu’un qu’il est lourd quand il parle avec légèreté. (18/10/2006)

122 – les pensées profondes peuvent se dire avec des phrases simples. (18/10/2006)

123 – pour ne pas risquer de voir son enfant devenir « enfant-roi » (et même « enfant-tyran »), il est important de ne pas le considérer comme un « homulus », c’est-à-dire comme un petit homme, mais comme un petit d’homme. (18/10/2006)

124 – on ne peut pas bien se reposer si l’on n’a pas le plaisir de se sentir fatigué. (19/10/2006)

125 – une personne autoritaire est curieusement fragile : non seulement elle confond autorité et autoritarisme mais elle souffre aussi de la peur de manquer d’autorité. (19/10/2006)

126 – l’autorité se distingue de l’autoritarisme par l’écoute et le respect d’autrui. (19/10/2006)

127 – dans sa mutation, l’adolescent évolue en principe plus vite que le parent. (22/10/2006)

128 – la tétine n’est utile à l’enfant que pour l’adulte qui s’en occupe. (22/10/2006)

129 – il y a de moins en moins de « corps à corps » parent-bébé : on met d’abord le bébé « au panier » au plus tôt (sécurité en voiture oblige me direz-vous) avant qu’il tourne le dos au parent dans sa poussette. Jadis, dans le porte-bébé ou dans le landau, il était tourné vers le parent. (22/10/2006)

130 – c’est tout de même révoltant de constater qu’en ce début du XXIe siècle certains médecins ont encore du chemin à faire pour prendre en considération la douleur de l’enfant. (22/10/2006)

Leave a Reply