LIVRE d’OR

avril 3, 2010 - 8:00 3 Comments

This is some text prior to the author information. You can change this text from the admin section of WP-Gravatar  To change this standard text, you have to enter some information about your self in the Dashboard -> Users -> Your Profile box. Read more from this author


En cliquant sur la ligne des commentaires ci-dessus, vous pouvez donner votre point de vue par rapport à la conception de ce blog :

  • - soit pour simplement « faire un petit coucou en passant »,
  • - soit pour encourager le maintien de l’état d’esprit actuel,
  • - soit pour laisser des suggestions ou des remarques et participer ainsi à l’amélioration et à l’épanouissement du concept.
  • Dans tous les cas, Merci, même si vous ne mettez rien.

    N.B. : ATTENTION : bien évidemment nous retirerons les commentaires qui ne respectent pas les objectifs du site (cf. : les rubriques « orientation » et « no pub » dans la barre de tâche) en ne gardant que les plus pertinents et les plus utiles pour le plaisir interactif. Nous voulons aussi éviter les surcharges d’écriture, ce blog ayant un tel succès que nous devons épurer…. Il faut nous comprendre . ;)

    3 Responses to “LIVRE d’OR”

    1. M@dPatNo Gravatar Says:

      Coucou en volant.

      Certitudes bouleversées liées à la relativité restreinte d’Einstein
      (cf. livre de Ulf Danielsson « La physique expliquée aux poètes et aux enfants » que je n’ai pas encore terminé)

      Si un flux de lumière se courbe par un champ gravitationnel alors le temps qui s’écoule dans la courbe la plus courte est plus lent
      car la vitesse de la lumière est invariante. Sinon l’information
      lumineuse nous arriverait déformée.
      Ce n’est pas le cas?
      Le minimum est l’arrêt du temps: par exemple aux abords d’un trou noir (énorme masse ou la gravitation est incommensurable) où la
      lumière ne se déplace plus puisque le temps est arrêté. ?!?

      Le temps du voyage interstellaire pour aller au fin fond de l’univers
      à accélération constante de 9.81 m/s2 (valeur pour faire croire que l’on est sur terre et ne pas subir de malaise du voyage) jusqu’à la
      vitesse de la lumière serait de environ 45 ans (technologie non accessible pour l’instant et logistique à prévoir) et si l’on vit assez vieux pour le retour alors on pourra le relater à nos enfants (puissance n des petits enfants ?).
      Les voyages proches de la vitesse de la lumière font que le temps
      s’écoule plus lentement pour le Voyageur. Pour un observateur externe (faut que je relise le bouquin), j’sais plus.
      Je dirais qu’ils ont vieilli de 13.5 milliards d’années fois 2
      (aller + retour). On ne doit plus reconnaître grand monde.
      Ce qui est étonnant c’est qu’une vie humaine suffise pour faire
      un aller et retour.
      Déjà sur le satellite Planck on approche le zéro absolu pour mesurer
      la lumière préhistorique de l’Univers. On est à 0,1°K. A zéro on ne
      peut pas car il n’y a plus d’agitation moléculaire, plus rien ne fonctionne, on ne peut rien mesurer. A 0,1°K alors on approche le Big-Bang (mais on n’y est pas) à 300 mille ans près (de souvenir)
      mais on ne fait que l’approcher donc on ne saura pas tout, il faudra interpréter les résultats (Re-belote pour des débats houleux
      entre chercheurs et ecclésiastiques). Il en est de même pour la vitesse de la lumière.
      Si on l’approche, le temps tend vers l’arrêt. Et s’il s’arrête alors plus rien ne se passe, rien n’évolue. S’il ne se passe rien, il n’y a rien à raconter. J’ai l’impression qu’on nous dit pas tout, que l’on nous empêche d’accéder à des informations primordiales pour l’humanité.
      Oups! J’ai du rater une marche là.

      Euclide (notre célèbre géométrie Euclidienne apprise depuis la primaire) a postulé que 2 droites parallèles sur un plan ne se croisent pas.
      Donc il en déduit que si elles se croisent alors elles ne se croisent
      qu’une fois. Cependant depuis que les méridiens existent, ces
      lignes sont des droites sur notre planisphère et se croisent 2 fois (aux pôles).
      Pourquoi ce postulat depuis des siècles et jamais remis en cause?
      La notion de plan n’est que mathématique (c’est un monde parfait)
      mais avec toutes les théories en cosmologie comme les espaces courbes (notre Terre est une sphère aussi) alors qu’advient-il au
      sujet des flux de lumière (ondes ou particules?) qui courent dans
      l’espace en ligne droite ou se courbent proche d’un champ gravitationnel?
      Est-ce que tout cela n’est pas un immense manège qui au bout de
      13,5 milliards d’année n’a pas encore fait un tour complet?
      En effet, sinon on aurait l’impression d’avoir déjà vu ou vécu une situation si la lumière (information lumineuse) venait puis revenait
      (comme les planètes, comètes, etc..). Comment! Cela vous est déjà arrivé?
      Serait-ce un cygne? Coin, Coin!
      En tout cas, si un plan parfait existe sur Terre, alors il est bancale.

      La lumière met 8 minutes pour arriver du Soleil sur la Terre. Paradoxe:
      si on subtilise le Soleil alors instantanément la Terre quitte son orbite et n’attend pas huit minutes pour s’en apercevoir (issu d’une traduction libre de Isaac Newton).
      La gravitation y est pour quelque chose certainement. J’comprend rien…
      Sûrement une histoire d’espace-temps. A revoir.

      Quand on est mort, le temps s’est arrêté donc on voyage à la vitesse de la lumière. On ne nous voit plus. En fait on est dans un Trou Noir. Ah! Ah!

      P.S.:
      Site sympa qu’il faut continuer à entretenir. Du boulot en perspective.

    2. FrancNo Gravatar Says:

      Merci pour vos infos. C’est très intéressant.

    3. MoniqueNo Gravatar Says:

      Bravo ! Merci ! Encouragements !
      Chut , le livre dort !
      ;-)

    Leave a Reply