Archive for octobre, 2016

Suivez-moi sur Roundstatic (*)

octobre 30, 2016 - 2:12 No Comments

Marcel went on a round with Roundstatic

20161030-140624.jpg

Dur ration : 30’29
Calories : 37,01 kcal
Vit D : 119 % AJR
Alcool : 4 ºC (en température ressentie)
Cacahuètes (et autres aliments pouvant être allergènes) : traces possibles
Vent : Nord-Ouest 2 Beaufort

Vous aussi dites :
« suivez-moi sur Roundstatic ! »

Comment faire comme Marcel ?

Mettez en ligne simplement un selfie dans un hamac (pour un Hamacstatic)(**) ou sur une chaise longue (pour un Deckchairstatic) ou sur une serviette de plage (pour un Beachtowelstatic)

(*) : toute ressemblance avec quelque chose qui court(***) sur le net (plus précisément sur Facebook) n’est que fort cuite.

(**) : l’anglicisme étant plus branché, on peut aussi écrire « Hammockstatic ». Yeah !

(***) : mot se traduisant « run » en anglais, hihi !

BIENVENUE !

octobre 30, 2016 - 8:00 No Comments

Le premier journal du net gratuit et… antidépresseur.

« Surtout sourire, rire, blaguer, se détendre mais aussi penser, réfléchir, s’informer, réagir, dialoguer en toute simplicité, tels sont les objectifs de ce blog sans autre prétention que de se donner un souffle de bonne raison et de bonheur partagés. » Hubert COLOMBEL (UbR)

Découvrez sans tarder les nouveautés ci-après ou regardez si par hasard des articles dans les catégories ci-contre n’ont pas été étoffés ou modifiés pour y glisser éventuellement un commentaire.>>>>

8-) Note de Geeky : la date en entête correspond à la dernière mise à jour du site. Pour respecter au mieux la chronologie historique, celle qui se trouve en entête de chaque article ne change pas, même en cas de modification du contenu, sauf raison particulière.

Pour consulter les derniers articles modifiés, dans la fenêtre en haut à droite, tapez : génilitude ou tordants ou castor puis cliquez sur « search ».

 

 

gif-humour-DzuAuC23EW.gif

L’animal rit

octobre 27, 2016 - 6:12 No Comments

- « Qui a eu le Nobel ? »
– « Bob » dit l’âne.

Et l’animal rit.

Il eut valu,
Pour les obtus,
Que point sur le sujet
je déconnasse,
Que point dans le respect
Je repétasse.

« Cause idiopathique » => cause psychologique, c’est pas automatique

octobre 27, 2016 - 10:32 No Comments


« Il n’y a pas de vérités premières :
il n’y a que des erreurs premières »
Gaston Bachelard (1884-1962)

Qu’est-ce qu’une « cause idiopathique » ?

La médecine, notamment occidentale, essaie toujours de garder la tête haute en évitant de se montrer impuissante face à certaines pathologies. Elle peut utiliser des termes très scientifiques et surtout très hermétiques pour expliquer la cause comme « idiopathique », plus court mais aussi plus pompeux que « dont on ne connaît pas la cause »… D’où la pirouette de l’expression « cause idiopathique » utilisée dans le titre : on vous donne au-moins une réponse logique sur une question fondamentale. En quelque sorte, le médecin vous dit : « je connais la cause, c’est une cause inconnue ! » ;)

Et la cause psychologique ?

Une autre arme infaillible est de rendre responsable le malade de son propre trouble en lui annonçant que la cause est psychologique, histoire de se défausser en tant que professionnel du soin et de retourner le patient contre lui-même, ce qui risque de ne pas arranger les choses mais qui offre l’avantage d’être « scientifiquement vraisemblable ».
En effet, on peut scientifiquement dire par exemple que tout le monde est plus ou moins stressé, que sur une échelle de 0 à 10, le curseur mis sur 0 est impossible (hors décès). De plus, il est vrai que le mauvais stress n’arrange jamais la santé, tout le monde le sait : un boulevard de vérité dans la recherche d’une réponse scientifique, fiable.

Ceci étant, le médecin qui annonce qu’un problème par exemple de peau est lié au stress, s’assure de dire une lapalissade du moins tant qu’il n’ajoute pas le mot « psychologique ». Tout le monde sait que la peau (organe le plus important du corps humain) est très sensible au stress : le coup de soleil est, par exemple, lié au stress,… celui des rayons du soleil.

Heureusement, le bon sens pousse le plus souvent le médecin à éviter de dire de façon directe que le problème est psychologique, ce qui ne l’empêche pas de prescrire éventuellement une médication qui va dans ce sens. Il sait trop bien qu’il n’a pas intérêt à condamner psychologiquement son patient s’il veut le revoir.

Ceci étant, bien des pathologies ont certainement une cause première psychologique (j’avais lu un jour 5/6 des consultations médicales mais je me suis toujours demandé sur quelle base scientifique on avait pu s’appuyer pour déterminer cette proportion, alors contentons-nous de supposer : beaucoup !).

Il est cependant malvenu de dire qu’une pathologie idiopathique est liée au stress psychologique. Mais pourquoi ?

Il y a au-moins deux bonnes raisons :

1 - Tout bêtement d’abord parce qu’elle est idiopathique. C’est là aussi une lapalissade. Il n’y a donc rien de scientifique dans ce genre d’affirmation.

Bien sûr, certains pourraient rétorquer que le stress psychologique peut être à la base de désordres organiques. C’est vrai mais, tant qu’on n’a pas de preuves, bien malin est celui qui peut certifier l’origine d’un trouble, qui de l’œuf ou de la poule est venu le premier. Certifier une théorie plutôt qu’une autre, c’est se perdre dans les méandres de l’incertitude. Après tout les théories ne soumettent que des hypothèses et non des certitudes. Il faut s’en servir pour avancer mais en aucun cas s’enfermer dans un préjugé. De plus, il ne faut pas confondre ce qui engendre un trouble et ce qui peut l’entretenir.

2 - Il faut savoir aussi que, face à des troubles dont on ne connaît pas la cause, il est malvenu, et même surtout néfaste de dire que c’est psychologique.
Pourquoi ?
Annoncer au patient, surtout incidemment sans voie d’accès vers une solution, qu’il est responsable de son propre trouble n’arrange rien, bien au contraire, sauf peut-être pour celui qui l’annonce au malade. Une manière d’écarter d’un revers de main son propre engagement face à la pathologie pour le médecin qui laisse sortir le patient avec le sentiment coupable d’avoir créer lui-même son trouble.

Un exemple : l’ulcère de l’estomac

La médecine a eu les yeux embrumés pendant bien longtemps devant les ulcères de l’estomac, se contentant de dire que cette pathologie était liée au stress et prescrivant au passage des anti-stress au risque d’augmenter le problème.
Puis en 1981, on s’est aperçu qu’une bactérie, l’helicobacter pylori, était presque toujours la vraie responsable. Aujourd’hui, en combattant cette petite bébête, 90 % des ulcères sont traités sans récidive…
Conclusion :
Même si le regard psychologique à une très grande importance par rapport aux maladies, il faut bien se dire que tous les stress ne sont pas psychologiques et que surtout, en cas de troubles idiopathiques, la cause psychologique, c’est pas automatique ! CQFD

Nouveau : tube à dent

octobre 18, 2016 - 9:53 No Comments

Si vous tentez de faire ça comme moi ce matin, retournez vous coucher (mais il y a peut-être une idée là) :

20161018-095139.jpg

Chute d’un balcon à Angers : j’enrage !

octobre 17, 2016 - 11:15 No Comments

20161017-111145.jpg
(Photo : ouest-france.fr)
Angers, samedi 15/10/16, un balcon d’un immeuble de construction récente s’effondre brutalement : 4 morts 14 blessés.

Quand je vois le cisaillement de ce balcon, rongé par l’humidité, je me pose de réelles questions sur les compétences professionnelles.
La chape n’a certainement pas été faite d’un seul tenant (parole de bricoleur passionné et effaré de voir cette bourde).
Certains vous dirons que c’est par souci d’économie. Mais des spécialistes vont vous répondre que le coût serait le même.
Que croire ?
Seulement que le seul souci de tous ces gens qui vous vendent des futaies de paille n’ont qu’une seule angoisse, c’est de faire en sorte que tout ça tienne jusqu’au bout de la garantie décennale ! Et comme dans tous les cas les responsabilités se perdent dans les méandres en ricochet, l’idéal serait de rendre responsable toute la chaîne de construction (de l’architecte jusqu’à l’exécutant en passant par le promoteur). Ils ont tous le regard sur ce qui se fait et… ferment les yeux…
(Je veux dire par là que même les maçons qui ont « œuvré » sont responsables car même un bricoleur quelque peu averti aurait refusé de concevoir de la sorte ! Oui, j’ose et j’enrage !). CQFD

Génilitude

octobre 13, 2016 - 1:11 No Comments

20161013-130701.jpg

C’est parodique, vous l’avez compris. Un contrepied par rapport à ce qui circule sur le net avec l’intitulé immanquable : « seuls les génies trouvent la solution… Et seulement x% trouvent la bonne réponse !!! »
Et là, vous trouvez la solution et vous êtes en forme pour la journée comme un coq aux plumes étincelantes qui chante au lever du jour… sur un tas de fumier encore fumant mais qui sent bon la nature.
Et là, vous vous dites que tout de même, comme 90% des gens, vous faites partie de l’exception.
Mais bien sûr, hors « génilitude », on peut aimer ce genre de gymnastique. Si c’est votre cas, vous pouvez cliquer sur la ligne ci-dessous :

>> 1 + 4= 5 : vous avez dit « génie » ? <<

Pierre Tchernia vs les cadeaux chiants des médias

octobre 10, 2016 - 12:15 No Comments

20161010-121552.jpg

Pierre Tchernia, grande figure des prémices télévisuels, est mort le 8 octobre 2016.
Il avait dit avant de quitter les plateaux de télé en 2006 : « ce que je souhaite simplement, c’est qu’en se multipliant les chaînes ne s’abêtissent pas trop. »
C’est raté.
Malheureusement cette bêtise déteint même sur les médias en général qui nous offrent de plus en plus des Nabilla et autres cadeaux chiants (*) !
Que dire même des Zemmour, des Hanouna, et compagnie…
Médias de tous poils, cessez donc de donner du foin à ces ânes. Ils ont en commun l’alimentation de leurs porte-feuilles par leurs outrances et vous y contribuez.
(*) jeu de mots autour du nom d’une « star » américaine qui aurait inventé avoir été victime d’un vol de bijoux à Paris. C’est en tous les cas ce qui se dit en ce moment. (Permettez-moi de taire son nom)

PAROLES DE VINS

octobre 10, 2016 - 11:00 No Comments

Je vous transmets cette « prose hit » qui, venant de mon frangin Serge, ne peut être qu’excellente, enivrante même :

PAROLES DE VINS

Il y a un proverbe qui dit : « Peu importe le vin, pourvu qu’on ait l’ivresse » mais je trouve ça vraiment idiot.

C’est comme si on disait : « Peu importe la femme, pourvu qu’on ait…le vertige de l’amour. »

D’ailleurs à ce propos, il m’est arrivé une histoire dont il faut que je vous donne, si je puis dire, la primeur.

C’était il y a quelque temps, au bal de la Nuits Saint Georges, j’ai rencontré la petite Juliénas, une fille drôlement Gigondas, un sacré beau Meursault, bien charpentée, et sous sa robe vermillon un grand cru classé, avec des arômes de cassis et de fraises des bois.

On a dansé Anjou contre Anjou sur un Sylvaner à la mode et plus tard lorsque je lui ai proposé de l’emmener dans mon Châteauneuf-du-Pape, elle est devenue toute Croze-Hermitage !!!

Le temps d’aller chercher un Chablis au vestiaire, de mettre un petit Corton dans ses cheveux, on est montés dans ma Banyuls et on a roulé jusqu’au matin. Ah quelle belle journée !

On s’est baladé Entre-deux-mers, il faisait beau, on a Vacqueyras sur la plage, les pieds dans l’eau Clairette, on s’est Pouilly-Fuissé dans les dunes et puis comme le Mercurey montait sérieusement et qu’on commençait à avoir les Côtes-Rôties on a décidé de rentrer.

Mais voilà, en partant nous nous sommes retrouvé coincés dans les embouteillages, enfin les bouchons, quoi ! Je commençais à Minervois sérieusement et là, Julienas et moi, nous avons commencé à nous crêper le Chinon.

D’un seul coup elle a claqué la Corbière de la Banyuls et elle est partie ! Je me suis retrouvé comme Macon.

Quoi, me suis-je dit, elle s’est déjà Sauvignon avant même que j’ai le temps de la Sauternes ! Mais je vous Jurançon, je l’avais dans la Pouillac. En effet, j’étais tellement Tokay que j’ai couru après elle dans Lalande et les Chardonnay pour la rattraper. Quand on s’est retrouvés, et que je l’ai vue devant moi en Gros-plant, je lui ai dit :
- « Ne fais pas ta Pomerol, et ne t’en va plus Gamay ! »
En pleurant, elle est tombée dans mes bras en Madiran :
« Ne m’en veut pas, je voulais juste être sûre que ton Saint-Amour était vraiment Sancerre. »
Depuis on ne s’est plus cuités.

Eh bien je ne sais pas pour vous mais moi ça m’a mis l’eau à la bouche.

Ah ! Ces baigneurs de Molène !

octobre 9, 2016 - 9:42 No Comments

Il existerait une tradition à Molène : les baigneurs courent sur la digue de l’embarcadère pour sauter dans l’eau. Enfin, on suppose (ou alors ces baigneurs courent très vite au fond de l’eau, ce qui, en effet, peut surprendre) :

20161009-213620.jpg
(Crédits : Fafane et Marcel)