Archive for septembre, 2014

Ode au « je t’aime »

septembre 29, 2014 - 10:06 No Comments

Quand on s’aime, on sème des « je t’aime ».

Il existe en français deux sons associés qui sont source de bonheur partagé : [je] [t’aime].
Rare sont sans doute les langues qui font aussi court. Utilisez-les sans parcimonie et surtout, surtout, faites écho à ces sons de la même manière et sans hésitation mais plutôt avec élan car celui (ou celle) qui a l’initiative de se lancer dans cette très courte expression peut s’épuiser plus ou moins rapidement. Plusieurs raisons à cela :

– celui qui dit « je t’aime » agit peut-être spontanément mais pas gratuitement car le bonheur partagé dépend de l’écho qui est fait à cette expression,

– on ne peut au bout du compte aimer quelqu’un qui ne vous le dit pas ou qui reste évasif dans sa réponse,

– celui qui le dit n’est pas dupe et tôt ou tard se dira qu’il est inutile qu’il se fasse violence s’il a déjà essuyé un ou des échecs à cette tentative de bonheur partagé,

– il s’épuisera aussi plus ou moins rapidement s’il s’aperçoit que c’est toujours lui qui en a l’initiative,

– celui qui dit que ce n’est pas son style de parler ainsi, que c’est ringard ou réservé aux Bisounours, oublie l’autre et égratigne le bonheur partagé, donc son propre bonheur,

– celui qui pense que, quand on s’aime, on n’a pas besoin de se le dire oublie que l’amour est un jardin qu’on doit entretenir (et un jardin non entretenu devient tôt ou tard une friche),

– il est inutile de se cacher derrière une trop grande timidité, une réserve ou un faux-semblant du style : « oui mais moi on ne m’a pas élevé dans ce sens » (foutaise : comme s’il fallait un conditionnement pour s’exprimer ainsi)…

Finalement, il y a un réel danger à ne prêter que peu d’attention à cette expression, même si elle est prononcée du bout des lèvres.

Quand on s’aime, on récolte ce qu’on sème et on peut dire aussi qu’on récolte ce qu’on aime et ceux qu’on aime.

Quand on ne sème pas, il ne faut pas s’étonner qu’on ne s’aime pas (entendu dans le sens aimer l’autre et s’aimer soi-même).

Le raisonnement scatologique des maths

septembre 28, 2014 - 10:09 No Comments

Si on fait référence à l’épreuve de Bernoulli dont la probabilité de succès est p et celle d’échec q (sachant que q = 1 – p), il faut savoir se servir de pq pour torcher les problèmes les plus chiants :
En effet, à propos de l’épreuve de Bernoulli, Wikipédia dit :
« Sur l’univers {succès, échec}, on peut définir une variable aléatoire X prenant la valeur 1 en cas de succès et 0 en cas d’échec. Cette variable aléatoire suit une loi de Bernoulli. Elle a pour espérance p et pour variance pq. » (Sic)
Ma pudeur m’oblige à conseiller de censurer le X, de ne ne pas ébruiter le p, de ne pas s’étaler sur le q mais, par contre, de se servir de pq pour que le problème soit vite torché.
Quand je vous dis que c’est parfois chiant les maths !

Marcel s’est fait tirer le portrait pour sa Carte d’Identité

septembre 27, 2014 - 8:05 No Comments

Comme tout le monde, Marcel a dû se plier aux exigences en se faisant tirer le portrait pour refaire sa Carte d’Identité, les oreilles bien dégagées (ce n’est pas un problème pour lui), sans couvre-chef. Et comme le photographe lui a dit qu’en plus il n’avait pas le droit de sourire, il s’est dit qu’en faisant la gueule ça devrait passer. De ce fait, on a du mal à le reconnaître et ce n’est pas juste parce qu’il a pris un petit coup de vieux :

C’est vrai qu’on le reconnaît mieux avec une expression plus sympathique et son béret rouge vissé sur le crâne, même si ça lui donne une tête de gland :

Un temps de chien cet été ? Où ça ?

septembre 27, 2014 - 11:34 No Comments

Cet été (et ça continue en ce début d’automne), le temps a été plutôt chaud et sec en Bretagne et dans les régions limitrophes de Basse-Normandie et de Vendée.

Météo France a relevé par exemple un cumul de précipitation de 42 mm à Brest en juillet 2014 (ce qui correspond à un pipi de sansonnet, juste de quoi arroser un minimum).

En clair, ce n’est pas le temps mais le juilletiste qui a été particulièrement gâté en Bretagne et dans une bonne partie du Nord-Ouest cet été.
La quasi-totalité du reste du pays a été particulièrement arrosée battant même des records de quantité de pluie dans le mois ou sur une journée.
Au mois de juillet, Strasbourg a battu son record datant de 1948 qui était de 172,8 mm en perçant le plafond (c’est le moment de le dire) à… 202.2 mm.
Et dans la nuit du 20 au 21 juillet 2014, il est tombé 66 mm d’eau sur les noctambules strasbourgeois.

Le Centre-Est a battu aussi des records. Saint-Étienne a cumulé 211 mm dans le même mois de juillet, contre 169 mm en 1977, son ancien record. La journée du 25 juillet a été particulièrement arrosée (60mm).

L’extrême Sud-Est n’a pas été épargné. Bastia a enregistré 92 mm. L’ancien record datait de 1976 avec 68 mm.

Où fallait-il donc passer ses vacances de juillet d’après vous ?

20140927-113407.jpg

20140927-113500.jpg
P. S. : certains peuvent percevoir un trait de chauvinisme dans ce billet, après tout assumé comme tout breton qui se respecte et qui respecte sa région (j’aime d’ailleurs rencontrer dans d’autres régions des personnes tout aussi chauvines que moi, preuve que la France est pleine de charme dans ses différences).

Malgré tout, il ne faut voir tout au plus qu’un pied de nez à ceux qui prennent plaisir à critiquer le climat océanique.
Et à ceux qui pensent que l’herbe est plus verte dans la prairie d’à côté, je dirais qu’il y faut un minimum d’humidité.

Face au mauvais temps de cet été dans certaines régions, je ne peux que compatir, terme bien choisi car associant deux mots :
-1) on y trouve le mot « pâtir » pour ceux qui ont subi les catastrophes,
-2) le temps a fait le reste…

Plus sérieusement, habitué aux aléas climatiques, je n’oublie pas les dommages subis jusqu’aux pertes humaines.

Ali Baba et nos gouvernants

septembre 12, 2014 - 10:04 No Comments

Nos gouvernants (*) semblent être l’objet de moquerie un peu partout dans le monde. J’en veux pour preuve cette planche qui circule même en Égypte… Et certainement ailleurs. (Merci Sherif)
(*) qu’ils soient de gauche ou de droite soyons francs et clairs car les affaires actuelles du gouvernement de gauche ne doivent pas occulter les précédentes affaires du gouvernement de droite. Alors balle au centre, ils sont à mettre dans le même panier diraient certains.

20140912-100326.jpg