Archive for juin, 2014

La bûche qui se paie la tête du bûcheron

juin 21, 2014 - 10:55 No Comments

La nature fait parfois bien les choses. Je viens de surprendre une bûche en train de se payer la tête du bûcheron. Insolite n’est-ce pas ? :

20140621-105521.jpg

1ère cantine scolaire à Lannion

juin 21, 2014 - 10:51 No Comments

Vous ne saviez peut-être pas que c’est en France que fut créée la première cantine scolaire.
Mais vous saviez sans doute encore moins que c’était chez moi à Lannion (Côtes d’Armor) en 1844 :

Émile Depasse, maire de Lannion créé cette année-là une « salle d’asile et d’hospitalité », les enfants pouvant y manger des plats cuisinés et bénéficier de soins de propreté. Un système de bourse permettait aux parents de payer en fonction de leurs possibilités financières. Emile Depasse parlait alors de l’école en disant : « cette institution charitable doit rappeler quotidiennement à l’enfant du prolétaire que, pour ennoblir la pénible carrière qu’il est destiné à parcourir, il doit s’armer de résignation, de courage et de patience ».

Les temps ont bien changé. À cette époque le but était simplement de garantir la bonne santé de tous les enfants. Certaines cantines gardent cet objectif en proposant par exemple des produits bio. Il peut y avoir aussi des repas spéciaux pour enfants au régime (sans sel, etc…). Mais vous savez que certaines obédiences religieuses veulent aussi maintenant mettre leur grain de sel dans l’organisation des repas. Face à cet imbroglio, Lannion ne devrait-elle pas faire preuve d’une nouvelle initiative, celle de la « lunch box scolaire » ?

Germaine passe aussi des examens

juin 16, 2014 - 10:50 No Comments

Ce lundi matin 16 juin 2014, jour de grève à la SNCF, Germaine se présente à la gare pour réclamer un laissez-passer comme les bacheliers, un autocollant distribué par les « gilets rouges » (*) employés spécialement pour permettre aux élèves d’arriver à temps à leur lieu d’examen :

- Mais Madame, vous n’allez tout de même pas me dire qu’à votre âge vous allez passer des examens ?

- Ben si !

- Où ça ?

- À l’hôpital !

(*) Ne pas confondre avec les « bonnets rouges »

Et face au succès du billet, voici une illustration à l’arrache :

Le droit de grève est inscrit dans la constitution en France.
Que fait-on ailleurs ?

Obama vient de s’appuyer sur un texte de loi datant de 1926 (Railway Labor Act) pour interdire une grève des chemins de fer aux États Unis dans l’intérêt collectif (économique, social, humain, …)

En Allemagne, la grève est interdite dans la fonction publique…

À partir de ce constat, je propose le sujet de philo suivant :

Le droit de grève a-t-il ses limites dans une société ? (Vous avez 4 H)

N.B. : aucun train de prévu pour votre retour après l’épreuve.

Terrorisme social à la SNCF

juin 15, 2014 - 3:15 No Comments

Même si nous devons, dans l’intérêt démocratique, défendre le droit de manifester, l’exemple des grévistes de la SNCF qui projettent de prolonger leur grève demain, jour de baccalauréat, montre qu’il peut y avoir une limite dans cette liberté sociale. Le fait que certaines corporations (*) puissent agir en toute impunité de la sorte sous prétexte qu’elles ont un impact sur l’organisation et l’équilibre de la société frise le terrorisme social. Entendre dire que le baccalauréat ne touche que 8 % de la population est le comble d’un esprit mercantile, égocentrique et particulièrement malsain socialement puisque ancré sur l’idée que les moins nombreux n’ont pas à être entendus. La loi des plus nombreux serait à leurs yeux la meilleure. Certains employés de la SNCF voient tout de même un danger dans cette grève qui prend en otage des élèves qui n’ont rien demandé d’autre que de pouvoir passer leur baccalauréat sans ajout de stress. Quel danger ? Celui notamment du fait d’amener les usagers à se rendre compte qu’il est possible et même intéressant de voyager sans devoir prendre le train, en co-voiturage, en VTC (voiture de tourisme avec chauffeur, bête noire des taxis actuellement), en car privé, en avion, etc…
Un manque à gagner pour la SNCF. Il serait bon qu’ils se méfient de ces organisations et concurrences grandissantes…

(*) En France, d’autres corporations influentes socialement ont cette fâcheuse tendance à prendre en otage la population en se mettant en grève un peu trop régulièrement et c’est souvent pour préserver des droits déjà bien acquis. Il n’y a pas si longtemps, pour contrecarrer la grève des enseignants (mais n’allons pas dire qu’ils sont nantis), Nicolas Sarkozy avait eu l’idée de ne pas compter les jours de grève dans le salaire (!). La contestation s’étaient éteinte aussitôt, sans tambour ni trompette. Chaque contestataire était ressorti par la petite porte et plus personne n’en a reparlé…
Que pensez-vous de ce billet (terme approprié par le train qui court ou reste en gare) ?

L’art de vivre des crétois

juin 13, 2014 - 2:20 No Comments

L’art de vivre des crétois se retrouve dans leur façon de conduire. Le plus remarquable est sur les grands axes : le plus souvent les moins pressés roulent quasi en permanence à cheval entre la voie de droite et ce que nous appelons la bande d’arrêt d’urgence. Ils la considèrent sans doute chez eux comme une voie de dépassement mais entendu dans le sens de « se laisser dépasser ». Et si le touriste ne s’y fait pas, pas d’appels de phare et encore moins de coups de Klaxon. Les locaux attendent sagement de pouvoir dépasser en chevauchant allègrement la ligne (ou double-ligne) blanche centrale en surveillant les automobilistes qui, dans l’autre sens, risquent d’en faire autant, si bien que, sur une quatre voix sans terreplein central, il peut y avoir cinq voitures de front, voire six si les voies sont suffisamment larges. Une manière de tirer profit des bandes d’arrêt d’urgence au lieu de les laisser inutilisées. Et, quand quelqu’un s’y arrête, son warning suffit à prévenir du danger car bien sûr le crétois ne mord cette bande d’arrêt d’urgence que dans les portions de visibilité.
En ville, la courtoisie s’impose naturellement là aussi, pratiquement pas d’avertisseur, peu de Klaxon, pas d’invectives. Il faut croire que le crétois n’utilise son majeur que pour racler l’huile d’olive de première qualité au fond de son assiette. Ne croyez-vous pas que nous avons beaucoup à apprendre de ces crétois, nous les râleurs invétérés ? Pour vérifier, essayez donc un instant en France de rouler sur la bande d’arrêt d’urgence pour voir. Le résultat est garanti : on ne va pas vous prendre pour un crétois mais pour un crétin invertébré. À chaque endroit ses coutumes et pas forcément les meilleures.

Comment avoir les joues comme des fesses de bébé ?

juin 13, 2014 - 2:00 No Comments

20140613-141149.jpg

En séjour en Crète, j’ai voulu m’acheter une crème hydratante faisant office d’après-rasage et après-soleil. Ne comprenant par le grec, j’ai voulu me rabattre sur une crème Nivea pour bébé me disant que j’allais avoir un produit de qualité suffisante. Mais très vite, en étalant la crème sur mon visage, j’ai compris qu’elle n’était pas prévue pour cette partie du corps. Je pense qu’il ne m’est pas nécessaire de rentrer dans les détails, n’est-ce pas ! En me regardant dans la glace, j’ai tout de suite constaté que j’allais ressembler à Dracula. Comme elle contient du talc, cette crème reste bien blanche et ne pénètre pas la peau. Mais la sensation est plutôt agréable ma fois. Par contre, je n’ai pas essayé de mettre ensuite une couche-culotte sur ma tronche pour en mesurer les effets.