Archive for the ‘Les coups de gueule’ Category

« Cause idiopathique » => cause psychologique, c’est pas automatique

octobre 27, 2016 - 10:32 No Comments


« Il n’y a pas de vérités premières :
il n’y a que des erreurs premières »
Gaston Bachelard (1884-1962)

Qu’est-ce qu’une « cause idiopathique » ?

La médecine, notamment occidentale, essaie toujours de garder la tête haute en évitant de se montrer impuissante face à certaines pathologies. Elle peut utiliser des termes très scientifiques et surtout très hermétiques pour expliquer la cause comme « idiopathique », plus court mais aussi plus pompeux que « dont on ne connaît pas la cause »… D’où la pirouette de l’expression « cause idiopathique » utilisée dans le titre : on vous donne au-moins une réponse logique sur une question fondamentale. En quelque sorte, le médecin vous dit : « je connais la cause, c’est une cause inconnue ! » ;)

Et la cause psychologique ?

Une autre arme infaillible est de rendre responsable le malade de son propre trouble en lui annonçant que la cause est psychologique, histoire de se défausser en tant que professionnel du soin et de retourner le patient contre lui-même, ce qui risque de ne pas arranger les choses mais qui offre l’avantage d’être « scientifiquement vraisemblable ».
En effet, on peut scientifiquement dire par exemple que tout le monde est plus ou moins stressé, que sur une échelle de 0 à 10, le curseur mis sur 0 est impossible (hors décès). De plus, il est vrai que le mauvais stress n’arrange jamais la santé, tout le monde le sait : un boulevard de vérité dans la recherche d’une réponse scientifique, fiable.

Ceci étant, le médecin qui annonce qu’un problème par exemple de peau est lié au stress, s’assure de dire une lapalissade du moins tant qu’il n’ajoute pas le mot « psychologique ». Tout le monde sait que la peau (organe le plus important du corps humain) est très sensible au stress : le coup de soleil est, par exemple, lié au stress,… celui des rayons du soleil.

Heureusement, le bon sens pousse le plus souvent le médecin à éviter de dire de façon directe que le problème est psychologique, ce qui ne l’empêche pas de prescrire éventuellement une médication qui va dans ce sens. Il sait trop bien qu’il n’a pas intérêt à condamner psychologiquement son patient s’il veut le revoir.

Ceci étant, bien des pathologies ont certainement une cause première psychologique (j’avais lu un jour 5/6 des consultations médicales mais je me suis toujours demandé sur quelle base scientifique on avait pu s’appuyer pour déterminer cette proportion, alors contentons-nous de supposer : beaucoup !).

Il est cependant malvenu de dire qu’une pathologie idiopathique est liée au stress psychologique. Mais pourquoi ?

Il y a au-moins deux bonnes raisons :

1 - Tout bêtement d’abord parce qu’elle est idiopathique. C’est là aussi une lapalissade. Il n’y a donc rien de scientifique dans ce genre d’affirmation.

Bien sûr, certains pourraient rétorquer que le stress psychologique peut être à la base de désordres organiques. C’est vrai mais, tant qu’on n’a pas de preuves, bien malin est celui qui peut certifier l’origine d’un trouble, qui de l’œuf ou de la poule est venu le premier. Certifier une théorie plutôt qu’une autre, c’est se perdre dans les méandres de l’incertitude. Après tout les théories ne soumettent que des hypothèses et non des certitudes. Il faut s’en servir pour avancer mais en aucun cas s’enfermer dans un préjugé. De plus, il ne faut pas confondre ce qui engendre un trouble et ce qui peut l’entretenir.

2 - Il faut savoir aussi que, face à des troubles dont on ne connaît pas la cause, il est malvenu, et même surtout néfaste de dire que c’est psychologique.
Pourquoi ?
Annoncer au patient, surtout incidemment sans voie d’accès vers une solution, qu’il est responsable de son propre trouble n’arrange rien, bien au contraire, sauf peut-être pour celui qui l’annonce au malade. Une manière d’écarter d’un revers de main son propre engagement face à la pathologie pour le médecin qui laisse sortir le patient avec le sentiment coupable d’avoir créer lui-même son trouble.

Un exemple : l’ulcère de l’estomac

La médecine a eu les yeux embrumés pendant bien longtemps devant les ulcères de l’estomac, se contentant de dire que cette pathologie était liée au stress et prescrivant au passage des anti-stress au risque d’augmenter le problème.
Puis en 1981, on s’est aperçu qu’une bactérie, l’helicobacter pylori, était presque toujours la vraie responsable. Aujourd’hui, en combattant cette petite bébête, 90 % des ulcères sont traités sans récidive…
Conclusion :
Même si le regard psychologique à une très grande importance par rapport aux maladies, il faut bien se dire que tous les stress ne sont pas psychologiques et que surtout, en cas de troubles idiopathiques, la cause psychologique, c’est pas automatique ! CQFD

Chute d’un balcon à Angers : j’enrage !

octobre 17, 2016 - 11:15 No Comments

20161017-111145.jpg
(Photo : ouest-france.fr)
Angers, samedi 15/10/16, un balcon d’un immeuble de construction récente s’effondre brutalement : 4 morts 14 blessés.

Quand je vois le cisaillement de ce balcon, rongé par l’humidité, je me pose de réelles questions sur les compétences professionnelles.
La chape n’a certainement pas été faite d’un seul tenant (parole de bricoleur passionné et effaré de voir cette bourde).
Certains vous dirons que c’est par souci d’économie. Mais des spécialistes vont vous répondre que le coût serait le même.
Que croire ?
Seulement que le seul souci de tous ces gens qui vous vendent des futaies de paille n’ont qu’une seule angoisse, c’est de faire en sorte que tout ça tienne jusqu’au bout de la garantie décennale ! Et comme dans tous les cas les responsabilités se perdent dans les méandres en ricochet, l’idéal serait de rendre responsable toute la chaîne de construction (de l’architecte jusqu’à l’exécutant en passant par le promoteur). Ils ont tous le regard sur ce qui se fait et… ferment les yeux…
(Je veux dire par là que même les maçons qui ont « œuvré » sont responsables car même un bricoleur quelque peu averti aurait refusé de concevoir de la sorte ! Oui, j’ose et j’enrage !). CQFD

Pierre Tchernia vs les cadeaux chiants des médias

octobre 10, 2016 - 12:15 No Comments

20161010-121552.jpg

Pierre Tchernia, grande figure des prémices télévisuels, est mort le 8 octobre 2016.
Il avait dit avant de quitter les plateaux de télé en 2006 : « ce que je souhaite simplement, c’est qu’en se multipliant les chaînes ne s’abêtissent pas trop. »
C’est raté.
Malheureusement cette bêtise déteint même sur les médias en général qui nous offrent de plus en plus des Nabilla et autres cadeaux chiants (*) !
Que dire même des Zemmour, des Hanouna, et compagnie…
Médias de tous poils, cessez donc de donner du foin à ces ânes. Ils ont en commun l’alimentation de leurs porte-feuilles par leurs outrances et vous y contribuez.
(*) jeu de mots autour du nom d’une « star » américaine qui aurait inventé avoir été victime d’un vol de bijoux à Paris. C’est en tous les cas ce qui se dit en ce moment. (Permettez-moi de taire son nom)

Putain, j’me suis fait flasher !

mai 11, 2016 - 8:43 No Comments

Justice à deux vitesses

Le coup de gueule de cette femme qui vient de se faire flasher à 72 au lieu de 70 km/h vaut son pesant de cacahuètes. C’est magistral !

Qu’ouïs-je quidam ?

Maintenant, elle pourrait ajouter quelque chose concernant le comportement style « go-fast » de Brice Hortefeux qui vient d’être arrêté le 1er Mai par des douaniers l’ayant vu passer à 170 km/h sur une portion de route limitée à 110. Il a pu repartir sans être inquiété… les douaniers n’étant pas habilités à sanctionner pour excès de vitesse.
On marche sur la tête.
Le pire est que cet ancien ministre, qui décidément ne manque pas d’air, a trouvé le moyen de se plaindre pour comportement agressif de la part d’un douanier. Nous pouvons relever ses propos dans Le Canard Enchainé et dans La Montagne :
« J’allais incontestablement trop vite, j’étais en retard… J’ai voulu leur présenter mes papiers, mais l’un d’eux était extrêmement agressif. Je l’ai donc signalé. On ne traite pas un administré de la sorte… Les deux douaniers n’ont pas relevé d’infraction, tout d’abord parce que ce n’est pas dans leurs compétences. L’un d’eux s’est exprimé de manière peu ordinaire, son expression était agressive et on peut imaginer comment il se serait comporté avec un autre citoyen… »

Qu’ouïs-je quidam ?

20160511-204334.jpg
Photo : Lionel Bonaventure-AFP

Un peu de parentalisme (*)

janvier 17, 2016 - 7:10 No Comments

Non, non je ne veux pas rentrer dans un conflit père-mère ou homme-femme, développer un masculinisme face au féminisme mais plutôt défendre le concept de « parentalisme » (*) :

Je remercie tout d’abord mon fils, père de quatre enfants en bas âge et qui se démène tous les jours pour allier travail et rôle parental (en y parvenant très bien). Je suis en admiration. C’est lui qui m’a fait découvrir un article intéressant sur le net paru dans huffingtonpost.fr (**), intitulé « un papa n’est ni un baby-sitter ni un assistant, c’est un parent » (Rachel Toalson bloggeuse pour Crash Test Parents – Racheltoalson.com).

Si nous voulons que les pères s’impliquent davantage dans l’éducation des enfants, il faut leur laisser une vrai place. Bien sûr, c’est aussi à lui de prendre sa place sans attendre qu’on lui la donne. Il a une responsabilité parentale qu’il doit assumer.

On entend trop souvent l’attente à ce que le père « participe à… » Eh bien non ! Ce n’est pas ce qu’il faut dire. Le père ne doit se contenter de rester sur le côté. Ce n’est pas un subalterne. D’autant plus que lorsque l’on connaît un peu la psychologie de l’homme, ne lui laisser qu’une part de participation implique qu’il risque de rentrer en conflit ou qu’il lâche prise. C’est une question de pouvoir. Un homme a besoin de sentir un pouvoir pour exister, plus qu’une femme sans doute ; il paraît que c’est une question de testostérone… ;)

En clair, on ne doit pas considérer que c’est la mère qui élève son enfant et le père qui participe.
Si c’est bien la mère qui met au monde l’enfant, celui-ci ne doit pas être ensuite « Sa chose » avec un père qui n’est là que pour accompagner et cautionner une fusion, un symbole maternel phallique et exclusif (pour tenir
un discours psychanalytique).

Les deux parents se répartissent des rôles. Ils ont chacun leur personnalité, leur image, leur façon d’agir et de réagir. Chacun doit respecter l’autre, trouver ensemble une ligne de conduite harmonieuse, transmettre une image de père et de mère différente et complémentaire aux yeux de l’enfant. Chacune de ces images a son importance. Elles sont différentes et donc non comparables.

Au fil du temps, je vois de plus en plus de pères qui ne trouvent pas leur place dans la famille. Il ne savent plus comment agir ou réagir. Il s’ensuit par exemple une autorité paternelle absente ou inappropriée avec une mère qui est capable de dire : « pourtant, je dis à mon conjoint comment faire ». Elle ne se rend pas compte qu’elle ne lui laisse pas de liberté d’action et qu’elle casse l’image du père surtout si l’enfant entend ces propos. Et c’est alors la catastrophe. C’est ainsi que peut se construire l’enfant-roi ou l’enfant-tyran. Et il y en a de plus en plus qui consultent…

Or, il ne se passe pratiquement pas une semaine sans que je vois des exemples qui cassent l’image du père, de façon directe mais surtout insidieuse. (Peut-être de plus en plus d’ailleurs). Voici un exemple indirect et insidieux (histoire de prendre le plus récent) :

20160117-191038.jpg

Oui, oui. L’air de rien, il y a là un message subliminal qui glorifie la mère au détriment du père. C’est assez malsain en fait.

Chères amies, arrêtez donc de multiplier les comparaisons père-mère dans le seul but de vous auto-satisfaire et vous auto-congratuler. Je sais qu’il pourrait en être de même sur d’autres sujets concernant les hommes par rapport aux femmes… n’est-ce pas ?

Autre exemple différent mais d’actualité :
Ne croyez vous pas que les femmes seraient outrées s’il y avait un programme « Mr Bricolage et les papas ». J’imagine la volée de bois vert des féministes, à juste raison bien sûr. Or, je viens de découvrir que « Casino et les mamans » existe : un programme destiné aux femmes enceintes (là tout va bien) et… (tenez-vous bien) aux mamans d’enfants de moins de trois ans. Il est vrai qu’il n’y a sans doute que les mamans qui font les courses. Ben voyons !
Le marketing comme reflet des travers de société …

Les choses ont besoin d’évoluer sur ce plan depuis longtemps mais c’est laborieux :
Il m’a fallu par exemple batailler ferme il y a une trentaine d’années pour lutter contre le titre d’un programme de formation national intitulé « gymnastique maman-bébé ». J’ai réussi à contribuer à faire en sorte que cette formation devienne « gymnastique parent-bébé »
Quand j’avais pris à cette époque un « congé parental » pour élever ma fille, les collègues, pourtant professionnels de santé, me parlaient systématiquement de mon… « congé sans solde » .

Le poids des mots, le choc des idées. Ce n’est que quelques exemples. Bien des pères (et mères) pourraient en donner…

L’organisation social évolue. Des changements s’installent. Ce n’étaient pas forcément mieux ou moins bien avant. Il y a juste un glissement (sans doute trop rapide) dans notre société actuelle. Chacun doit y contribuer positivement au lieu de se camper dans une position qui casse l’image de l’autre.
Ah ! Le bienfait de l’écoute…

Les mentalités doivent évoluer avec le temps. Soyons alors tous vigilants pour que chacun se sente reconnu, pour un bon équilibre psycho-social, sans la sape de l’exclusion.

(*) Parentalisme : j’appelle ainsi tout ce qui vient défendre la cause des parents au même titre que le féminisme défend la cause des femmes.

(**) Pour lire l’article qui a motivé ce billet, cliquez sur la ligne ci-dessous :
>>>>Un papa n’est ni un baby-sitter ni un parent c’est un parent (Rachel Toalson)
<<<<

LETTRE OUVERTE À l’abbé HERVÉ BENOÎT (prêtre à Lyon)

novembre 30, 2015 - 10:38 No Comments

(Ce billet est aussi destiné aux familles et amis des victimes du Bataclan pour tenter de les aider à supporter l’insupportable à travers l’analyse psycho-pathologique de la situation, en espérant parvenir à dédiaboliser un peu. Mais c’est sans prétention aucune et le débat reste ouvert à quiconque voudrait vider son sac. Si ça peut faire du bien… )

LETTRE OUVERTE À l’abbé HERVÉ BENOÎT (prêtre à Lyon)

Vous avez écrit à propos des victimes du Bataclan :

« … ce sont des morts-vivants. Leurs assassins, ces zombis-haschishin, sont leurs frères siamois. Mais comment ne pas le voir ? C’est tellement évident ! Même déracinement, même amnésie, même infantilisme, même inculture… »
(Extrait de votre article : « Les Aigles (déplumés) de la mort aiment le diable ! » dans Riposte Catholique du 20/11/2015)

Voici ma réponse

Non, non, je ne vais pas, contrairement à vous, naviguer dans les eaux croupies de l’insulte en faisant des comparaisons insensées entre des innocents et ceux qui les tuent.

D’abord, je ne me le permettrais pas car je ne vous connais pas, comme vous ne connaissez pas chaque personne qui était présente au Bataclan la soirée du drame, ce qui ne vous empêche pas, vous, de porter un jugement.

Par contre, pour tenter de percer les mystères de votre attitude, je peux essayer d’émettre quelques hypothèses sur votre personnalité.

Je vous vois deux traits possibles de caractère :

1 – la perversion :

Comme il faut une sacrée dose de sarcasme et de prétention pour avoir vos certitudes, il est possible que vous soyez pervers. Dans ce cas, votre narcissisme vous conduisant à gonfler votre ego de manière démesurée, vous vous auto-congratulez en pensant que vous avez réussi votre coup depuis que vous avez craché votre venin.

En effet, un pervers cherche toujours à tirer satisfaction de la détresse de l’autre.

Moralité (si vous êtes un pervers) : histoire de reprendre la belle formule, adressée aux terroristes, d’un mari qui a perdu sa femme au Bataclan : « vous n’aurez pas ma haine. » (Antoine Leiris) et j’ajoute : « je ne vous laisserai pas ce plaisir. »

L’une des seules manières d’espérer contenir les agissements d’un pervers est de lui dire droit dans les yeux que nous ne sommes pas dupes. C’est aussi un peu le pourquoi de ces lignes.

2 – la skizoïdie :

il est possible aussi que vous soyez de structure skizoïde car, en écrivant ces lignes, vous n’avez fait preuve d’aucune empathie par rapport à la détresse des personnes touchées, des familles et des amis. Dans ce cas, votre conscience se contente d’être embuée par des pseudo-certitudes sorties, pour partie au-moins, tout droit de votre imagination, votre ferveur ecclésiastique servant de fondement à votre vision mono-thématique. Vous vous enfermez dans une réflexion cloisonnée, linéaire, obtuse. Votre sacerdoce vous rassure pour éviter de sombrer, ayant trop peur de dérailler d’un poil de la ligne de conduite que vous vous êtes fixée. Pour combattre vos angoisses, vous vous accrochez à cette vision et n’acceptez pas que des personnes puissent penser autrement. Vous portez des œillères qui vous empêchent d’être conscient du réel.

En effet, contrairement au pervers, le skizoïde ne se contente pas d’être insensible au vécu des autres mais a tendance à se couper de la réalité.

Moralité (si vous êtes skizoïde) : je vous dis : « vous n’aurez pas ma haine » et j’ajoute : « je vous plains et plains surtout vos ouailles. »

Sacrebleu, arrêtez tout de suite de conditionner des gens à avoir votre vision malsaine. Vous êtes un berger égaré ! Vous risquez même de devenir de plus en plus dangereux pour les autres et vous-même dans le cas de skizoïdie évolutive.

Analysons maintenant votre expression : « Même déracinement, même amnésie, même infantilisme, même inculture… »

C’est une expression intéressante à analyser car nous avons ici un parfait exemple de ce que nous appelons en psychopathologie un « phénomène de projection » (le sujet reprochant à autrui ce qu’il devrait reprocher à lui-même).

Déracinement : n’êtes-vous pas déraciné vous-même, déconnecté du contexte socio-culturel actuel ? Comment voulez-vous récupérer des brebis que vous pensez égarées si vous n’allez pas dans le pré voir ce qu’elles broutent ?

amnésie : n’auriez-vous une mémoire sélective vous-même, excluant les visions qui ne sont pas dans votre axe de pensée ?

infantilisme : vous réfutez vertement les pôles d’intérêt qui ne correspondent pas aux vôtres mais vos réactions (ou plus exactement vos pulsions) ne sont-elles pas la marque d’une forme d’infantilisme, d’un manque de maturité psychologique et sociale.

inculture : du fait de votre enfermement dogmatique, n’y aurait-il pas chez vous une forme d’inculture ? En effet, pour développer sa culture, il faut multiplier les expériences, les relations extérieurs, découvrir d’autres points de vue, partager, se remettre en cause, douter, évoluer, gagner en maturité.

L’inculture conduisant à l’acculturation, je comprends pourquoi vous vous mettez en marge socialement par rapport à ces personnes qui communiquent, se détendent et s’amusent.

Je ne vois pas ce qui peut vous amener à imaginer le profil que vous exposez chez les personnes qui étaient au Bataclan ce soir-là. Y avez-vous posé les pieds ? Connaissiez-vous toutes ces personnes ? Comment pouvez-vous juger sans savoir ?
Vous pensez qu’elles ont toutes signé un pacte avec le diable. Vous avez réagi par effet miroir. Stoppez ce genre de discours diabolique (*)(cf. : phénomène de projection).

Je ne vous souhaite que du bien et je souhaite que vous ne transmettiez désormais autour de vous que du bien. Donc, bien à vous !

Hubert Colombel, professionnel de santé physique et mentale.

P. S. : vous avez depuis été « relevé de vos fonctions pastorales ». Vous tentez de vous expliquer et d’exprimer quelques regrets sans retirer vos propos. Votre amour propre est sans doute trop fort. Le mal est fait. Vous pouvez faire une retraite spirituelle, vous repentir en faisant trois Pater et deux Je Vous Salut Marie si ça vous chante, ça ne vous donne pas le droit de redevenir aussi fielleux à la première occasion.

(*) J’ai choisi ici le terme « diabolique » car implicitement je ne peux pas m’empêcher d’entendre : « c’est bien fait ! » dans votre missive assassine.

Peace for Marianne

novembre 14, 2015 - 1:51 No Comments

20151114-135119.jpg
[Ne voir dans ce dessin qu’un aspect symbolique que je laisse évidemment libre de droit (pas de copyright). Vous pouvez donc le copier, le partager sans référencer.]

En ces temps de terreur absurde, j’ai voulu que ce macaron soit chargé de plusieurs symboles : Peace and Love bien sûr, un fond noir en signe de deuil et un tracé blanc, signe de paix et de lumière, notre Marianne, portant le bonnet phrygien en brandissant notre drapeau sous les traits dynamiques de la Tour Effel, solidement ancrée sur un territoire qui défend avec force et détermination les principes de la Liberté, de l’Égalité et de la Fraternité.

Marianne, Paris et la France entière ont toujours su défendre et défendront toujours ces principes que tous les français chérissent au plus profond de leur corps, de leur cœur et de leur âme.

Two things are infinite: the universe and human stupidity; and I’m not sure about the universe.
(Albert Einstein)

N. B. : Certains pourraient penser que le dessin de l’artiste nantais Jean Jullien, qui fait le tour du net, m’a inspiré. Ce n’est pas faux. Une manière de lui rendre aussi hommage. (© Jean Jullien – http://www.jeanjullien.com/)

20151114-135626.jpg

Fluctuat nec mergitur
(il est battu par les flots mais ne sombre pas [= le bateau représentant la ville Paris])

20151115-101506.jpg

Non au pompage de sable près de la Côte de Granit Rose

septembre 25, 2015 - 10:48 No Comments

Signez contre la « dénature humaine »

Souvenons-nous :

– Nos aînés ont laissé installer la première centrale expérimentale française dans la splendide région des Monts d’Arrêts tout prêt du point culminant breton,

– une ineptie a été écartée lorsqu’une nouvelle centrale sur Plogoff a été rejetée grâce à une très forte mobilisation générale.

Le cas présent n’a rien à voir avec le nucléaire mais l’extraction du sable en baie de Lannion, dans un petit couloir entre deux sites classés Natura 2000 sur la Côte de Granit Rose, est aussi une ineptie, un exemple de « dénature humaine » qu’il faudrait éviter.
Malheureusement, le gouvernement vient de donner son accord malgré la contestation de la population générale qui craint que cette extraction viennent perturber l’équilibre fragile de cette côte magnifique… Et les pêcheurs côtiers ne font pas le poids dans le dossier…

20150925-224832.jpg
(Source : Comité Local des Pêches Marines et Élevages Marins-Paimpol)

Pour signer cliquez sur la ligne suivante :

>>>> extraction de sable : sauvons les côtes bretonnes (pétition sur avaaz.org) <<<<

Et/ou sur celle-ci :

>>>>sauver la baie de Lannion (pétition sur avaaz.org)<<<<

Sur ce site AVAAZ.org, on vous dit
pourquoi c’est important de signer aujourd’hui la pétition :

M. le Ministre de l’économie vient d’accorder un titre minier à la Compagnie Armoricaine de navigation, filiale du Groupe Roullier, lui permettant de pomper en mer jusqu’à 250 000 tonnes de sable par an à moins de 5 kilomètres des côtes de Bretagne et notamment de la Côte de Granite Rose. Ce titre ne vaut cependant pas autorisation d’exploiter et doit être complété par la signature d’un arrêté d’exploitation par le Préfet du Finistère. Cette décision est une erreur économique, un désastre écologique et un non sens politique. Tous les élus locaux et les parlementaires, de tous bords politiques s’y opposent. La population locale a manifesté massivement (plus de 7 000 personnes) contre ce projet mais rien ne semble y faire. En effet cette extraction si elle se fait, détruira une dune de sable coquillier qui est un refuge et un lieu de reproduction des lançons qui sont à la base de la chaine alimentaire des oiseaux marins de la réserve naturelle des 7 Iles, toute proche, et des poissons nobles tels les bars et les lieus. Elle détruira aussi l’emploi des marins pêcheurs pour lesquels cette dune est un lieu privilégié de pêche raisonnée et aura un impact très négatif sur le tourisme, la plaisance et la plongée. Cette dune est d’ailleurs située juste entre deux zones Natura 2000. La turbidité induite par l’extraction, l’impact sur les courants et le dégraissement des plages entraineront des dégradations irréversibles sur cette côte qui est une des plus belles de Bretagne, entre Trébeurden, Ploumanach et Perros Guirec. A l’heure où la France se veut championne du monde de l’écologie (COP21), Il est encore possible d’arrêter cette catastrophe écologique en demandant au Préfet du Finistère de na pas signer l’autorisation d’exploitation et de préserver ainsi un patrimoine naturel unique.

N. B. : cette note fait suite à notre article posté le 26 avril dernier dont voici la référence :
>>>>article du 26/04/2015 concernant le projet d’extraction de sable en baie de Lannion (avec renvoi vers une pétition sur un autre site)<<<<

Pour la dissolution du RSI (pétition)

septembre 15, 2015 - 9:08 No Comments

Le journal Le Monde vous rappelle que :

« dans un rapport de 2012, la Cour des comptes a qualifié le RSI [Régime Social des Indépendants, NDLR] de « catastrophe industrielle » pour les travailleurs indépendants. Elle affirme que la réforme donnant naissance au RSI [en 2006, NDLR] a été mise en oeuvre de façon prématurée, les difficultés ayant été très sous-estimées, provoquant des dysfonctionnements en chaîne pour les assurés.

La Cour des comptes recense alors des appels de cotisations erronés, des encaissements non pris en compte ou encore des droits à la retraite qui ne sont pas à jour pour près de 40% des affiliés. Une désorganisation latente qui a de graves conséquences financières, puisque chaque année, c’est environ 1 milliard d’euros de cotisations qui ne sont pas recouvrés par les services du RSI, un chiffre avancé par le Syndicat national des indépendants. »

Source : http://mobile.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2015/03/11/pourquoi-les-travailleurs-independants-fustigent-le-rsi_4591124_4355770.html

Pour plus de renseignements et pour signer cette pétition, cliquez sur la ligne ci-dessous :

>>>>pour la dissolution du RSI<<<<

La guerre des graines, dossiers édifiants

septembre 13, 2015 - 12:11 No Comments

Voilà au-moins un dossier qui n’endort pas les consciences contrairement à la plupart des émissions télévisuelles. Suivez ce document très bien ficelé de bout en bout si vous voulez comprendre comment quelques groupements internationaux, (comme Monsanto bien sûr) cherchent par tous les moyens à s’accaparer le « fichage et la privatisation du vivant » . Vous comprendrez pourquoi des agriculteurs, des chercheurs, des élus tirent la sonnette d’alarme et entrent en résistance (comme le maire de Grigny-sur-Rhône s’entourant de « semis désobéissants » . ;)

Dans ce documentaire, on vous dit que 72% des variétés de graines cultivées ont disparu en 100 ans pour ne privilégier que les graines vendues par les multinationales, ces graines étant F1, c’est-à-dire, hybrides et programmée pour ne pas être cultivable une seconde fois. Ces multinationales ont réussi à faire en sorte d’interdire à l’agriculteur le droit de vendre ou même de donner (!) les graines non-hybrides qu’il pourrait avoir en sa possession.

Il semble pourtant qu’il y ait des moyens pour éviter de se faire bouffer par ces multinationales qui, sous prétexte de permettre de mieux nourrir la planète, nous conduisent à la malbouffe.

Il y a déjà le scandale des pesticides (Monsanto vient de perdre des procès aux États-Unis et en France à ce propos), peut-être aurons-nous le scandale des hybrides.

En tous les cas, j’invite tous les spécialistes médicaux (notamment les chercheurs en gastro-entérologie, allergologie, oncologie, etc.) à se pencher sur le sujet car je ne serais pas étonné de voir un lien entre la consommation de produits hybrides et le développement de certaines pathologies (allergies, cancers, maladies neuro-dégénératives…).

Non, non, ce n’est pas une idée farfelue. Je pense être moi-même un spécialiste pour avoir enseigné les pathologies neuro-dégénératives pendant plusieurs années.

Vous savez par exemple que la maladie de Parkinson correspond à une dette en dopamine. Mais savez-vous que cette dopamine a comme précurseur la tyrosine, un acide aminé qu’on retrouve dans des aliments comme des graines (amande, cacahuète, courge, sésame) mais aussi dans les avocats, les bananes, les produits laitiers, etc. Et si les hybrides qu’on ingère ou qu’on fait ingérer aux animaux contribuaient à perturber notre propre chaîne de transformation digestive provoquant une pollution interne, porte ouverte à certaines pathologies…

Et paf !

Quand l’Homme cherche à contorsionner la Nature, la Nature, tôt ou tard reprend ses droits. C’est curieux par exemple de constater que, du fait de nos déversements de pesticides, des algues vertes se développent sur nos rivages. En réalité, on leur doit beaucoup car nous existons grâce à elles : dans la chaîne d’évolution des espèces vivantes, elles sont au début réussissant à transformer la toxicité de l’oxygène en chlorophylle, base de toute vie de notre flore terrestre qui a servi de première nourriture à la première faune terrestre. Elle était là bien avant la faune terrestre et donc bien avant nous.

Elle a beaucoup à nous apprendre et nous le fait savoir ! Et paf !

Certains spécialistes disent que ce documentaire a une vision partisane sur le sujet. Je laisse le soin à chacun d’en juger.

Mais, il est certain que la recherche agro-alimentaire peut aussi tirer profit d’expériences comme celle-ci :

Faire pousser des légumes sans eau :