Archive for the ‘100 blagues’ Category

MARINE LE PEN -> RAPINE LE NEM

mai 14, 2017 - 10:57 No Comments

20170514-225436.jpg

Eh oui ! RAPINE LE NEM est bien une contrepèterie de MARINE LE PEN. C’est même une anagramme.
(Elle ne m’en voudra pas, ce n’est, paraît-il, pas sa véritable identité.)

On peut bien sûr s’amuser à trouver un certain nombre d’anagrammes à partir de MARINE LE PEN d’intérêt variable (je parle des anagrammes) :

J’ai trouvé par exemple celles-ci (et vous pouvez en proposer d’autres) :

AMPLE EN RIEN : se dit en principe plutôt d’une personne qui brasse du vent.

PARLE ENNEMI ! : certains seraient tentés d’ajouter « ou tais-toi à jamais ! » (mais moi je ne dis rien, je reste neutre, pfeuh, je crache par terre et si je cafte, je vais en enfer. Là, c’est juste un clin d’œil pour ceux qui sont bien culturés, genre Robin Wood et tout et tout, mais je m’éloigne peut-être un peu trop du sujet.)

LE PAIN EN MER : ça c’est pour nourrir les poissons normalement ?

PANER LE MIEN : euh, de quoi on parle, là ? Quoi que ce soit, il n’est pas question de paner le mien. Tu veux un pain ?

LA PERMIENNE : correspond à une période de destruction massive qui précède celle de l’extinction des dinosaures et qui a été bien plus destructrice. (Je ne vois pas le rapport encore une fois)

(N. B. : AMENE LE PIRE qui circule sur internet n’est pas véritablement une anagramme car il y a erreur sur une lettre. (Pfffeuh ! Je recrache.)

Mais j’ai enfin trouvé une anagramme qui vaut son pesant de castagnettes :

Il m’a fallu chercher quelques minutes pour trouver ce qui me semblait pourtant caché dans mon inconscient depuis le départ. Tout d’un coup une lumière m’est apparue comme une évidence. Mais oui, mais c’est bien sûr :

RAPINE LE NEM

(Au fait, personne n’avait pensé à cette anagramme avant moi ? Je me surprends moi-même.)

Signification de l’anagramme

Pour ceux qui n´auraient pas un langage assez fleuri pour en comprendre le sens, ces deux définitions peuvent aider, je pense :

Rapiner : (v. tr. et intr.) : chasser en usant de violence et de ruse – prendre injustement en abusant de sa fonction – chaparder.

Nem : n. (argot) : synonyme de zob, zgeg, zboub, teub, chibre, kraken, biroute ou tout simplement Robert.

NDLR : le site étant d’obédience apolitique, toute ressemblance avec une quelconque vérité ne serait que fortuite. Mais chacun est libre de penser son opinion (sinon de panser ses plaies).

« Quand je te pénètre » (Jean-Jacques Denis-François Morel)

mars 18, 2017 - 11:48 No Comments

20170318-114246.jpg
(Photo : Le Trégor)

Jean-Jacques Denis, alias Georges Philippe Taladiart, est un auteur de Louannec, près de Perros-Guirec et de Lannion. Il fournit de nombreuses chroniques pour France Inter et se considère comme « poète de l’approximatif » .
Dans sa chronique du 3 mars dernier, François Morel lui a rendu un hommage appuyé en récitant son fameux poème érotique : « quand je te pénètre » .
Je ne vous en dis pas plus.
Suivez plutôt le billet de François Morel qui comme à son habitude vous enveloppe le paquet de manière hilarante :

Mes VEUX ? Comme pour 2015 !

décembre 31, 2016 - 6:48 No Comments

20161231-184533.jpg

Bizarrement ces « veux », mis en ligne la première fois pour le nouvel an 2015, ont toujours eu du succès. La magie d’Internet fait qu’ils ont été beaucoup partagés sur les réseaux sociaux :

– soit à l’identique dans le respect des droits d’auteur,

– soit en effaçant la référence d’auteur sur certains sites pour mieux laisser croire qu’ils en ont eu l’idée (ben voyons !),

– soit aussi en modifiant plus ou moins la formulation au risque d’ajouter des fautes d’orthographes (involontaires celles-là…) :
mes-veux-copies-net

Le plus surprenant est qu’ils ont suscité des commentaires variés, même les plus improbables comme celui-ci :
« ce serait mieux sans la faute à VEUX ! » (Propos ayant pour effet des réactions de certains pour justifier le volontaire de la faute). ;)
Alors je me suis dit qu’il me fallait les renouveler cette année. Qui sait ? J’aurai peut-être d’autres surprises.

PAROLES DE VINS

octobre 10, 2016 - 11:00 No Comments

Je vous transmets cette « prose hit » qui, venant de mon frangin Serge, ne peut être qu’excellente, enivrante même :

PAROLES DE VINS

Il y a un proverbe qui dit : « Peu importe le vin, pourvu qu’on ait l’ivresse » mais je trouve ça vraiment idiot.

C’est comme si on disait : « Peu importe la femme, pourvu qu’on ait…le vertige de l’amour. »

D’ailleurs à ce propos, il m’est arrivé une histoire dont il faut que je vous donne, si je puis dire, la primeur.

C’était il y a quelque temps, au bal de la Nuits Saint Georges, j’ai rencontré la petite Juliénas, une fille drôlement Gigondas, un sacré beau Meursault, bien charpentée, et sous sa robe vermillon un grand cru classé, avec des arômes de cassis et de fraises des bois.

On a dansé Anjou contre Anjou sur un Sylvaner à la mode et plus tard lorsque je lui ai proposé de l’emmener dans mon Châteauneuf-du-Pape, elle est devenue toute Croze-Hermitage !!!

Le temps d’aller chercher un Chablis au vestiaire, de mettre un petit Corton dans ses cheveux, on est montés dans ma Banyuls et on a roulé jusqu’au matin. Ah quelle belle journée !

On s’est baladé Entre-deux-mers, il faisait beau, on a Vacqueyras sur la plage, les pieds dans l’eau Clairette, on s’est Pouilly-Fuissé dans les dunes et puis comme le Mercurey montait sérieusement et qu’on commençait à avoir les Côtes-Rôties on a décidé de rentrer.

Mais voilà, en partant nous nous sommes retrouvé coincés dans les embouteillages, enfin les bouchons, quoi ! Je commençais à Minervois sérieusement et là, Julienas et moi, nous avons commencé à nous crêper le Chinon.

D’un seul coup elle a claqué la Corbière de la Banyuls et elle est partie ! Je me suis retrouvé comme Macon.

Quoi, me suis-je dit, elle s’est déjà Sauvignon avant même que j’ai le temps de la Sauternes ! Mais je vous Jurançon, je l’avais dans la Pouillac. En effet, j’étais tellement Tokay que j’ai couru après elle dans Lalande et les Chardonnay pour la rattraper. Quand on s’est retrouvés, et que je l’ai vue devant moi en Gros-plant, je lui ai dit :
- « Ne fais pas ta Pomerol, et ne t’en va plus Gamay ! »
En pleurant, elle est tombée dans mes bras en Madiran :
« Ne m’en veut pas, je voulais juste être sûre que ton Saint-Amour était vraiment Sancerre. »
Depuis on ne s’est plus cuités.

Eh bien je ne sais pas pour vous mais moi ça m’a mis l’eau à la bouche.

腹切り: c’est nippon ni mauvais

septembre 27, 2016 - 10:53 No Comments

J’ai trouvé un remède radical contre le mal de ventre : 腹切り:

20160927-225049.jpg

La vraie histoire complète des 10 hommes et 1 femme suspendus à une corde. (En exclusivité)

janvier 30, 2016 - 6:53 No Comments

Peut-être connaissez-vous cette histoire, mais les femmes qui la racontent (c’est en principe la gent féminine qui la raconte, allez savoir pourquoi) oublient de tout dire :

Dix hommes et une femme étaient suspendues à une corde sous un hélicoptère. Comme elle n’était pas assez solide pour porter tout le monde, il fallait que quelqu’un se dévoue pour lâcher prise. Mais personne n’avait envie. C’est alors que la femme dit qu’elle lâcherait car les femmes sont habituées à tout lâcher en faveur de leurs enfants et conjoint, donnant tout aux hommes sans rien recevoir en retour et que l’homme, en tant que premier créé par Dieu, méritait de survivre car il est aussi le plus fort, le plus intelligent et capable de grands exploits…
Quand elle eut fini de parler, tous les hommes commencèrent à applaudir…

Moralité : Ne sous-estimez jamais le pouvoir et l’intelligence d’une femme…

C’est à cette endroit que la gent féminine, qui raconte cette histoire, s’arrête.
Je vous livre la suite en exclusivité :

En fait il se trouve qu’un homme, le plus beau, le plus fort et le plus intelligent se mit à applaudir la femme le premier entraînant par imitation stupide tous les autres dans la chute. Seulement, lui, avait pris soin d’abord de… coincer avec son bras musclé la corde sur son thorax bronzé et luisant de sueur sentant le musc de castor (*). Oui, il était torse nu, tout musclé, tout bronzé et tout et tout. Il ne portait qu’un slip en peau de panthère.
WAHAAAHOAAAAH !
Ils se marièrent et eurent beaucoup d’enfants. ;)

C’est là que j’entends certaines femmes dirent « salope !!! »

Moralité : il faut croire qu’elles sont jalouses ces femmes qui omettent de raconter la fin de l’histoire… ;)

(*) le musc de castor est utilisé dans certains parfums. Il y a cinq autres matières premières animales en parfumerie : l’ambre gris, le musc, la civette, la cire d’abeille et l’hyraceum (mélange d’excréments et d’urine d’un rongeur : le daman du Cap). Pour de plus amples informations sur d’autres utilisations peu ragoûtantes, notamment sur le musc de castor dans l’alimentation, tapez castoréum dans « search » en haut à droite dans la page d’accueil du site. Le dossier à consulter s’intitule « Dimethicone ou quoi ?  »
Bon appétit !

GLOSSAIRE DES MOTS TORDANTS

février 11, 2015 - 4:03 1 Comment

J’avais déjà présenté une liste de jeux de mots et expressions mais avec le temps elle s’étoffe grâce à vous Maurice, Nono, Serge et les autres. Transmettez-moi les vôtres. On finira bien par en faire un bouquin (LOL). En tous les cas, je me ferai un plaisir de les ajouter. En regardant les statistiques, je constate que ça plait particulièrement et le rire fait tellement du bien qu’il faut le partager, n’est-ce pas ?

A

Amour : c’est comme un jeu de cartes, si tu n’as pas un bon partenaire, il vaut mieux avoir une bonne main.

Antiquaire : sécessionniste égyptien.

Archipel : outil pour creuser des archi trous.

Aventurier : maintenant tu ne ris plus.

Atypique : t’es mal rasé.

B

C

Carapate en Carpates : évasion dans l’Europe centrale en bus sans châssis.

Carapatin : bus pour lacs gelés.

Chandail : jardin plein de gousses.

« Charnière ! » : insulte signifiant « espèce de gond » en ch’ti.

Chauffeur de corbillard : pilote décès.

Chinchilla : emplacement réservé aux chiens pour faire leurs besoins.

Considéré : tellement il est con, il n’en revient pas lui-même.

Constipation : quand la matière fait cale (Pierre Dac).

D

E

Entrer dans l’arène : action permettant d’assurer la descendance du royaume.

« Espèce de gond ! » : insulte ch’ti n’ayant aucun rapport avec le mot « charnière ».

F

Femme : c’est comme une haie. Si tu ne t’en occupes pas, elle part chez le voisin.

Femme facile : femme ayant les mêmes besoins sexuels qu’un homme.

Fêtard : il faut rentrer se coucher.

G

Gabon : mec vraiment trop sympa.

Grand amour : expression datant du 15ème siècle, lorsque l’espérance de vie était de 35 ans.

Groupe sanguin : les loosers du Loto.

H

Homme riche : celui qui gagne plus d’argent que ce que sa femme en dépense.

I

Ingrid Betancourt : femme qui ne comprenait rien à l’école.

J

J’accélère : Dutronc connaît la musique 

Jacques Chancel : Dutronc est bourré.

Jardiland : seul endroit où, si tu prends trois râteaux, tu as une pelle offerte.

Je me suis fait un bleu : expression couramment utilisée par Zahia. (bleu = footeux tricolore, pour les non-initiés)

K

L

La camisole : la drogue rend solitaire.

La maîtresse d’école : l’avion aussi.

La moustache : le ketchup aussi.

Le Gospel : c’est quand ton gamin a pris un coup de soleil.

Les ciseaux à bois : les chiens aussi.

Le skieur alpin : le boulanger aussi.

Les tôles ondulées : les vaches aussi.

Liban :canapé clic-clac.

M

Mascara : déguisement pour rongeurs.

Masochisme : concept proche de la politesse : frapper avant d’entrer.

Mercato : maman pratiquante.

Meurtre de sang froid : ice crime.

N

O

Ostéopathe : malade des os ou alors quelqu’un qui tire sur les os comme un malade.

Où est donc mon Ricard ? : conjonctions de coordination.

P

Patois nîmois : mais c’est qui alors ?

Péniche c’est oune zizi portugaiche.

Perroquetaccord du paternel.

Pomme de terre : pomme de terre arrivée deuxième à Miss Patate.

Portail : cochon thaïlandais.

Psychopathe : psychologue chez Lustucru ou alors spécialiste des pieds.

Pruneau : synonyme de personne âgée : qui est ridé et qui fait chier.

Q

R

S

Saint Ignace : fête des cheveux.

Saturne : c’est quand tu es buré.

Sismique : salaire élevé car correspondant à six fois le salaire minimum en France.

Suppositoire : invention qui restera dans les annales.

Syntaxe : fête des impôts.

T

Téquila : interpellation d’un inconnu chez soi.

U

Un enfoiré : une année de perdue.

Un poussin : égale 2.

V

W

X

Y

Z

Nouvelles cartouches pour Kalachnikov

janvier 14, 2015 - 8:12 No Comments

Ne vous faites pas un sang d’encre, je pense que ça va se vendre. À mettre dans Le Bon Coin, en tous les cas à partager. ;)

20150114-000533.jpg

20150503-132230.jpg

Tous mes VEUX pour la nouvelle année

décembre 31, 2014 - 1:03 No Comments

20141231-130308.jpg
Et merci pour votre visite sur le site. J’espère qu’il vous met de bonne humeur.

Réveillon pour invités détestables

décembre 30, 2014 - 10:37 No Comments

Vous détestez vos invités pour le réveillon du jour de l’an ? Voici une liste de courses. Ce ne sont pas des noms d’oiseaux ; il y a beaucoup de fruits et légumes. C’est donc bon pour la santé et ça défoule. Nous avons été plusieurs pour trouver des idées et nous avons mis des mois pour les coucher sur ardoise. Si vous en avez d’autres faites-moi signe.

Allez, BONNE ANNEE 2015. Prévoyez cinq fruits et légumes par jour et portez-vous bien ! En quelle quantité ? Ça on ne nous l’a jamais dit, banane !

20141230-223759.jpg

Exemple de menu :

ENTRÉE :
Quiche à la pomme de terre avec salade de courge, concombre et cornichon

POISSON :
Merlan frit, thon.

PLAT de RÉSISTANCE :
Dinde farcie à l’andouille, saucisse et boudin (de porc évidemment) avec nouilles

FROMAGES :
Bouton de culotte, Cervelle de canut, crottin, Poivre d’âne, Vachard.

VIN :
Pisse-Dru (Beaujolais)

DESSERT :
Tarte